Comment vous pouvez démolir Facebook et Google en quelques opérations simples.

Temps de lecture estimé : 15 minutes
La Silicon Valley est l’un des pire endroits au monde pour l’autostop. Qui l’aurait cru ? Avec ma partenaire et le petit Bibi, on passe des heures au bord de la route le pouce en l’air pour aller à San Francisco ou un autre quartier général de hippies. Le monde à l’envers ! Ah mais ça ne se passera pas comme ça ! L’heure de la vengeance a sonné.

Je me suis renseigné, leur gagne-pain local, dans la Silicon Valley, c’est Facebook, Google et compagnie. Je m’en vais vous expliquer comment assécher leurs milliards de dollars. Et on verra bien qui mettra des doigts d’honneur en passant en trombe au volant d’un SUV Porsche le dernier.

D’où viennent les milliards de Facebook et de Google ? Une recherche rapide donne une réponse unique : la pub sur internet. La quasi-totalité des revenus de ces entreprises vient de là. Une position bien fragile, si vous voulez mon avis ; et qui appelle les coups de masse à grand-voix.

Si vous n’êtes pas du tout d’accord et que vous pensez que Facebook et/ou Google et/ou la pub en ligne sont des chose formidables, passez tout de suite au chapitre Cas de conscience

Commençons par le plus facile.

Comment assécher les caisses de Facebook

Bien évidement, le moyen le plus définitif de mettre Facebook à la soupe populaire, c’est d’effacer votre profil. Mais il existe un moyen moins radical :

Le produit qui représente plus de 90 ℅ des revenus de Facebook, c’est vous. Facebook vend aux annonceurs des emplacements publicitaires à montrer à ses utilisateurs. Si un beau matin tous les utilisateurs de Facebook installent un bloqueur publicitaire, Facebook ne gagne plus rien avec cette méthode.

Par contre, si vous utilisez leur appli mobile, ils vous insèrent des pubs indéboulonables dans votre Timeline. Serrez les dents et ne cliquez pas dessus. Je cherche encore comment démonter ça.

Une autre magouille publicitaire qu’ils ont, c’est vendre vos « J’aime ». Vous pouvez désactiver ça à travers Facebook

Paramètres du compte > Publicités Facebook > Modifier le paramètre des publicités sociales : sélectionnez « Personne » à la question « Associer mes actions sociales avec les publicités pour ».

Si vous accomplissez ces deux opération, vous ne rapportez plus rien à Facebook. Si tous les utilisateurs Facebook font ça, Facebook dépose le bilan.

Sauf que, si tout le monde faisait vraiment ça, ils se reconvertiraient certainement aussi sec en superSTASI capitaliste. Vraiment, le seul vrai moyen de leur couper les couilles, c’est de supprimer votre compte et aller trainer sur le web social libre en ouvrant un compte sur un pod Diaspora. C’est comme Facebook, sans le mauvais karma.

tmp_4230-david-versus-goliath1002728745

Comment couper les vivres à Google

30 % des revenus de Google viennent de l’affichage de publicités sur le web. Si vous avez déjà pourfendu Facebook au fil de votre bloqueur de pubs, vous avez amputé Google au passage. Ce qui me fait réaliser que je ne suis pas encore rentré dans le détail :

Pour installer un bloqueur publicitaire, ça dépend de chez qui vous êtes client. C’est le plus simple  pour les utilisateurs de Firefox pour qui *AdBlock Plus* a été créé. Ce qui exclu les iFanboys, parce que Firefox est interdit sur iOS par les docteurs de la iLoi. Il leur faudra installer un bloqueur sur leur MacBook, et un autre sur leur iMachine. Pour les droidistes, c’est plus cool parce que Firefox n’y est pas interdit. Si, malgré tout, vous êtes un fanboy pour Chrome, il y a bien une extension AdBlock Plus pour Chrome-sur-PC, mais pas pour Chrome-mobile. Ce qui n’est pas si grave si votre Android est raciné, parce que vous pouvez installer AdBlock Plus *dans Android lui-même*. Ça bloquera les pubs partout : sur le web *et* dans les applis ! C’est pas une tuerie ça ? Google l’a dans le baba ; pour 30 % de ses revenus.

Les 70 % restants, ils se les font payer par des annonceurs qui achètent des mots-clé sur leur moteur de recherche. Quand vous faites une recherche : « gros seins », Google va afficher, avant les résultats, trois encarts publicitaire, probablement pour des cliniques plasticiennes. Ces emplacements ce vendent très cher. Les bloqueurs ne les bloquent pas.

Solution facile : utilisez un autre moteur de recherche. Comme la plupart des recherches se font par l’intermédiaire de votre navigateur, ça équivaut à changer le moteur de recherche de votre navigateur. L’opération est différente selon celui que vous utilisez, mais elle est facile dans tous les cas. Allez faire un tour dans les paramètres.

Quel moteur de recherche utiliser ? Si votre unique but est de couler Google, n’importe lequel fera l’affaire. Si, comme moi, c’est la Silicon Valley qui vous importune, n’importe lequel sauf Yahoo. Si, en plus, vous êtes anti-(étasunien/capitaliste), évitez Bing aussi. Si vous utilisez Chrome-mobile, pas de chance, vous n’avez le choix qu’entre ces trois là.

Parmi les options les plus bios, Duckduckgo et Startpage ont la côte.

Et voilà, Google n’a plus qu’a se trouver un job.

Cas de conscience

La publicité sur le web ne fait pas qu’engraisser les millionnaires de la Silicon Valley. Une multitude de petits sites monayent leur travail par les encarts publicitaires. Les bloqueurs de pubs les privent de leur gagne-pain à eux aussi. Que vont-ils devenir ?

Réponse : Ils vont devoir trouver autre chose. Les encarts publicitaires, c’était pour les années 2000. La pub est loin d’être le seul moyen de gagner sa vie sur internet. Il y a Flattr, les liens affiliés, et une foultitude d’autres magouilles. Faut quand même faire face au fait que la pub, à la base, c’est envahissant, mauvais goût, flashy, et qu’il n’y a de toute façon que les cons sur qui ça marche. Exit.

Laisser un commentaire

Advertisment ad adsense adlogger