De l’obsolescence inévitable et nécessaire de la chose écrite

Temps de lecture estimé : 13 minutes
S’il y a bien une chose qui a permis au développement du genre humain d’atteindre les sommets qu’on lui connait, c’est la capacité à améliorer le travail des autres. Il n’est jamais besoin de réinventer la roue. Quelqu’un l’a fait dans le passé. Il a montré à sa tribu comment faire. Ça s’est propagé. Un jour quelqu’un a eu l’idée de s’en servir pour inventer le premier chariot. Le temps d’un clin d’œil géologique, on envoyait des fusées dans l’espace.

L’écriture a fait de nous ce que nous sommes

La capacité à transférer de l’information d’un cerveau à un autre sans se tromper est la clé de notre succès. Le langage. C’est ce qu’on a de plus proche de la télépathie. J’ai un truc dans la tête, je suis en train de vous l’expliquer. Avec un peu de chance, d’ici la fin de ce billet, ça sera dans la votre aussi.

D’autres espèces ont du langage, mais le leur semble manquer de la subtilité nécessaire pour le transfert d’idées complexes sans erreur.

Le langage permit à l’humanité de progresser organiquement, le savoir se transmettant de parent à enfant, de maitre à apprentit, par la parole et aussi un peu par les expressions faciales et les gestes.

Et puis voilà que quelqu’un invente l’écriture.

Le truc cool avec l’écriture, c’est que vous pouvez enseigner quelque chose à quelqu’un que vous ne connaissez même pas. Cela dit, il y a beaucoup d’inconvénients à l’écriture. Alors qu’on apprend à parler sans s’en rendre compte, l’écriture doit être inculquée dans les pleurs et les grincements de dent. C’est un concept fort peu naturel, mis en œuvre par l’artificiel moyen de signes dessinés tels que les lettres et les idéogrammes. Avec les moyens du bord de l’époque, on n’a pas trouvé mieux. Mais si on devait réinventer l’écriture aujourd’hui, on ne l’inventerait tout simplement pas. On se bornerait à enregistrer le langage directement.

L’écriture, c’est juste la phase 1

Non seulement l’apprentissage de l’écriture est un processus qui fait violence à notre esprit, mais même après de nombreuses années de pratique, lire un mur de texte nous fait faire la grimace. Sans surprise, environ la moitié de la population lettrée lit en moyenne zéro livres par an.

Par contre ils regardent des films.

Nous les littérateux, ça nous fait pitié. Nous, on sait bien que les livres sont toujours mieux que les films. Dans la hiérarchie des arts, le cinéma c’est l’art accessible aux masses alors que la littérature est au delà de tout. C’est un fait, non?

Mais ne vient-on pas de montrer que l’écriture n’est qu’un moyen maladroit de rendre le langage enregistrable quand on n’a que du papier et de l’encre à disposition? Le film, au contraire, est très haute-fidélité. Visionner une vidéo des enseignements du maitre est quasiment équivalent à être assis devant lui pendant qu’il explique. C’est en tout cas beaucoup plus proche de la réalité que de lire une transcription de ce qu’il a dit. Pour ce qui est de la transmission de données, le film est top.

Je crois en un futur où le degré d’alphabétisation mesure à quel point une société est rétrograde.

L’écriture a bien quelques avantages. On peut lire à son rythme. On peut lire dans bien des situations ou visionner un film serait peu pratique. Le référencement de la chose écrite est plus aisée. Chacun lit un peu différemment, mais tout le monde voit le même film… Ces détails me sont d’une grande importance. Qu’on me donne le choix entre visionner une interview et en lire la transcription, je préfèrerai toujours le texte. Je trouve la vidéo lente et frivole comparée à la lecture. Mais, il faut être lucide, je suis institutionnalisé. Ce n’est qu’après des décennies d’entraînement assidu que la lecture devient une activité suffisamment ancrée pour qu’on la préfère à un enregistrement. Comme ces vieux qui préfèrent écrire à la main alors que tout le monde sait bien que le clavier c’est plus rapide, plus facile, et après on peut envoyer par email au lieu de s’emmerder avec une enveloppe et un timbre.

Je suis probablement une espèce en voie de disparition. Les avantages de la chose écrite ne valent pas l’investissement énorme que l’apprentissage de la lecture représente. Je crois que la littérature occupe le sommet de la pyramide des arts uniquement en vestige de son importance passée. Même si l’internet a remis la chose écrite au devant de la scène, c’était uniquement parce que les mots se transmettent aisément sur bande étroite. C’était temporaire.

Pas de panique, c’est pas pour demain

C’est con pour les écrivains, hein ? Pas tant que ça. D’une part, on parle futur distant. Ensuite, de toute façon, notre boulot c’est de raconter des histoires. À coup de langage. L’écriture n’est pour nous qu’un moyen. Et pas le meilleur qui soit, vu qu’on viens de dire que c’est une technique low-tech mal foutue pour enregistrer le langage. Le langage est la clé de tout. Et on n’est pas près de ne plus en avoir besoin.

Jusqu’au jour où ils nous inventent la télépathie, bien sûr.

Laisser un commentaire

Advertisment ad adsense adlogger