Parasites de la société

Temps de lecture estimé : 12 minutes
Laissez moi vous présenter Gratien, 25 ans, marre de ce monde de merde. Il travaille dans une équipe de maintenance à l’aéroport. Un jour où il est plus frustré que la moyenne, il sabote une pièce clé d’un réacteur d’avion, de manière à ce qu’il soit certain de s’écraser à l’atterrissage lors de son prochain voyage. Et il est programmé pour un vol avec 400 passager le lendemain. Quel connard !

Le jour suivant, l’avion est tiré au sort pour un vol de test par l’ingénieur de contrôle qualité. Un chance sur cent. L’avion s’écrase effectivement à l’atterrissage, on déplore la mort des trois membres d’équipage.

La pression sociale est un outil de contraite puissant.

OK, maintenant je vous présente Greta, 25 ans, chomeuse. Elle a un diplôme d’ingénieure du son, mais le marché grisatre sur le secteur la laisse sans emploi depuis cinq ans. Pas 100% bien sûr. Elle a bien pris un job alimentaire à droite à gauche, mais à part ça, elle dépend fortement de l’aide gouvernementale. Elle loue un tout petit appart, à moitié payé par l’aide au logement, l’autre moitié par son « argent de poche de survie » de 400 € par mois. Et elle sait tirer le meilleur parti de ces 400 €.

Elle n’est plus strictement en recherche d’emploi chaque minute passée hors du lit, où elle passe déjà une bonne partie de la journée. Elle a plein de temps libre alors elle sort beaucoup, dans des bars pas chers. Elle a même réussi à économiser petit à petit pour un trip d’un mois au Mexique. Tous ça aux frais de la princesse. Quelle connasse !

Bon, maintenant c’est au tour de Grégoire, 25 ans, commercial. Il est en train de conduire son SUV sur une avenue, il y a un marché sur les trottoirs. C’est tout ce dont il se rappelle quand il se réveille à l’hôpital, où une infirmière lui annonce qu’il a perdu connaissance au volant et écrasé les cinq tonnes de son 4×4 de ville contre un mur. Le choc a heureusement été amorti par les trois personnes sur qui il est passé avant. Quel connard !

Et pour finir, je vous présente Grace, la fameuse héritière de la famille Rotshit. D’après une récente interview sur Riche et Conne, elle adooore sa nouvelle Ferrari. Elle a acheté un permis de conduire juste pour l’occasion. Elle n’a jamais travaillé, bien sûr. Pourquoi le ferait-elle ? Son père possède l’une des cinq plus grandes chaines d’hôtels de luxe du Monde. Elle coute à sa famille l’équivalent du PNB d’un pays du tiers Monde. Quelle connasse !

image

On a donc cette petite matrice de connards et connasses. Les quatre sont responsables de quelque chose de facheux : Les deux filles sont des boulets pour leur environnement, les deux garçons ont causé la mort de trois personnes chacun. En plus de ça, Grégoire et Greta (notez que la première voyelle est un E dans les deux cas) sont plus ou moins emportés contre leur gré par les évènements ; alors que Gratien et Grace (Oh, tiens, la première voyelle est un A) sont acteurs de leur destin. Comment pourrions nous déméler ce sac de nœuds pour y voir plus clair ?

Commençons avec les garçons. Prennez Gratien et Grégoire. Dans les deux cas, on obtient trois viandes froides. Cependant, dans un cas c’est un accident, dans l’autre c’est intentionnel. Du côté des filles c’est un peu la même. Alors que Greta vit au crochet de la société, elle préfèrerait avoir un job. Grace, de l’autre côté, préfèrerait mourir que de travailler, même si elle dépend de sa famille.

Donc, dans les filles comme les garçons, on a les mêmes résultats, avec des intentions opposées : Le groupe E est contre son gré, le groupe A est instigateur.

Dans les sociétés évoluées, on juge les intentions plus que les résultats. Et, effectivement, on est tous d’accord que Grégoire ne devrait pas être puni trop sévèrement, alors que Gratien devrait se balancer à la plus haute branche du pueblo, bien qu’ils soient responsables tous les deux d’exactement la même tragédie. C’est dans le cas des filles que ça bugue sévèrement. La plupart des gens vont acclamer Grace comme une idole, et considérer Greta comme une sorte de parasite indésirable.

Je sais que ma grille d’analyse est inégale. Greta tape dans le pot commun alors que Grace ne fait que drainer sa famille. Mais si vous êtes occupé à remarqué ça, c’est que vous avez complètement manqué la morale du cas des garçons. Ce sont les intentions qu’on doit juger, pas les conséquences effectives. Et les intentions de Grace sont de s’éclater en buvant ces délicieux cocktails du bar VIP du club, sans vergogne ni scrupule. Les intentions de Greta sont de trouver une place productive dans la société. Elle en a juste marre de chercher quelque chose qui n’existe pas. Et si on observe un moment ces intentions, on sait tout de suite laquelle on doit mépriser, non ?

Pages: 1 2

Laisser un commentaire

Advertisment ad adsense adlogger